Des chercheurs étudient le stress des abeilles -Ecologie, science


Par TPN / Lusa,
dans , Éco ·
21-02-2021 17:00:00 · 0 Commentaires

Des chercheurs étudient le stress des abeilles

Des chercheurs de l’université de Coimbra (UC) collaborent avec le groupe MUST-B, créé par l’Autorité européenne de sécurité des aliments, pour étudier le risque intégré de multiples facteurs de « stress » chez les abeilles.

Une équipe de chercheurs du département des sciences de la vie de la faculté des sciences et technologies de l’Université de Californie (FCTUC), coordonnée par José Paulo Sousa, collabore avec le groupe MUST-B, avec « l’objectif d’étudier le risque intégré de multiples facteurs de « stress » sur les abeilles et les moyens de l’atténuer en améliorant la gestion des cultures et les paysages agricoles « , révèle une note de l’Université de Californie publiée.

L’équipe du FCTUC est chargée de collecter des données de terrain sur le développement des colonies et le paysage environnant. Toutes les données « seront utilisées pour le calibrage du modèle ApisRAM – modèle des risques pour les colonies d’abeilles au niveau européen -, qui est développé par le groupe MUST-B », explique José Paulo Sousa.

Ce modèle pourrait, par exemple, « de prévoir l’état de santé des colonies d’abeilles, en adoptant une approche holistique du problème, intégrant non seulement les informations sanitaires sur les colonies et les effets dérivés de l’exposition aux pesticides, mais aussi influencer de la composition et du paysage de gestion, notamment en termes de pratiques agricoles et de disponibilité des ressources florales ».

Les données diffusées par l’équipe portugaise sont également intégrées dans la plateforme EU Bee Partnership (EUBP), avec la participation active du doctorant en biosciences de la FCTUC, Nuno Capela.

Cette plateforme, également soutenue par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA dans son acronyme original en anglais), vise à collecter et à analyser les données relatives aux pollinisateurs, et à les présenter de manière claire et simple, explique le CU.

Il entend également « aider à l’exploration des données et améliorer la compréhension, par les » parties impliquées « de différents domaines, de l’état de santé des pollinisateurs et de leur rôle dans l’environnement », ajoute-t-il.

Avec les données diffusées dans le cadre de son doctorat, le chercheur Nuno Capela, du Center for Functional Ecology, entend « normaliser la collecte des données futures et aider à la création d’algorithmes capable de détecter automatiquement les événements, les et les tendances Tout dans les colonies d’abeilles « .

Ainsi, « à l’avenir, les apiculteurs, les chercheurs ou même les citoyens, pourront ajouter des données brutes à la plateforme, qui les traitera automatiquement, en procédant comme résultat des graphiques et des tableaux faciles à interpréter ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *