Gamasutra: Blog de Dominique DC – Technologie, écologie et frugalité. Vision des coulisses du jeu SOATE -Ecologie, science


Sauf indication contraire, le billet de blog suivant a été rédigé par un membre de la communauté de Gamasutra.
Les pensées et opinions exprimées sont celles de l’écrivain et non de Gamasutra ou de sa société mère.


Jeu SOATE

Histoire d’une petite terre, les âges symboliques sur Steam (steampowered.com)

Pont et paradoxe

Je suis né dans les années 70 (près de Paris en France) et depuis que je suis enfant, j’aime, sur mon temps libre, imaginer des univers, inventer des choses, peut-être échapper à une réalité où je n’ai jamais vraiment trouvé ma place .

Si la création fait partie de votre vie, que ce soit comme passe-temps ou plus, je suppose que beaucoup d’entre vous peuvent partager cela.

C’est l’une des raisons pour lesquelles je me suis immergé dans le domaine de la technologie informatique des années 80 et je me suis senti jeune dans la conception de jeux. J’aime la myriade de défis qui accompagnent la création de jeux. Même la conception d’un jeu simple est assez exigeante.

Cela dit, j’ai toujours ressenti le besoin d’entrer en contact avec la nature, d’abord avec le vélo de mon adolescent, puis en faisant des randonnées dans la nature. Je me suis toujours retrouvé chez moi dans des lieux «nature» sauvages et préservés.

Le mythe de la technologie neutre

Je suis de plus en plus préoccupé par l’impact de la technologie. J’ai souvent entendu dire que la technologie est neutre, mais je ne souscris plus à cette théorie (avant). Une technologie peut être orientée, pour le bien ou pour le pire. J’ai peur que les technologies soient de plus en plus orientées, pas de la «bonne manière».

Je crois qu’une technologie vraiment «neutre» est une technologie qui n’a pas d’impact significatif même avec une utilisation non responsable, matériaux technologiques inclus, et une technologie à «impact positif» est une technologie qui a un impact positif significatif même avec un non -utilisation responsable.

Si vous croyez cela, je suppose que vous aurez quelques difficultés à faire une liste des 10 meilleures technologies neutres de notre époque. Et que dire des 10 « positifs »! (même si je crois que nous pouvons trouver beaucoup de technologies neutres et positives, parmi les low tech par exemple, mais pas parmi les high tech actuelles et les plus fashion de notre temps). Le jour où les outils de réalité virtuelle utiliseront beaucoup moins de composants et de matériaux qu’aujourd’hui, tout au long de son cycle de vie, se rapprochant d’une approche «low tech», on pourrait approcher un exemple de technologie neutre. Pour l’instant, c’est loin de la réalité car ce n’est tout simplement pas un objectif pour ceux qui l’utilisent ou pour ceux qui le construisent.

Lorsque j’aide des équipes sur leur produit, j’essaye de promouvoir «l’éco-conception», une façon de faire bouger le curseur d’un impact produit dans la bonne direction. Mais une véritable éco-conception devrait empêcher le déploiement ou la promotion de nombreux produits et technologies. Nous en sommes encore loin.

Je ne suis pas contre la technologie, je l’utilise, cela fait partie de ma vie professionnelle, notamment en ce qui concerne mon expérience sur la Transformation Digitale et la gestion d’équipes. Je pense simplement que la technologie a évolué plus rapidement que notre capacité à y faire face.

Pour ce qui est de la façon de vivre ensemble et de vivre en harmonie sur cette planète, je crois que nous sommes encore au début de la courbe d’apprentissage, alors qu’en même temps, les impacts des courbes technologiques sont exponentiels.

L’histoire de ma vie, jusqu’à présent, a toujours consisté à essayer de construire un pont entre ces différentes facettes de ma réalité, qui me paraissent un peu paradoxales. Ce n’est en effet pas le pont le plus facile que nous puissions construire, surtout aujourd’hui avec tout ce que nous savons sur les liens entre la perte de biodiversité et notre impact technologique. Je pense que de plus en plus de développeurs et de créateurs construisent le même pont.

Pour aller au-delà des murs

Que ce soit par opportunité ou simplement par raison logique, par hasard ou par contingence, j’ai passé 20 ans à travailler dans l’industrie «  numérique  », d’abord en tant que développeur, puis manager, coach, guide, animé par une passion pour la transmission. . J’apprécie actuellement beaucoup d’accompagnement d’équipes ou d’individus, notamment avec l’intention d’apporter un impact positif, tant d’un point de vue social qu’environnemental, quel que soit le secteur, numérique ou non.

Sur la base de ma propre expérience, il est malheureusement assez courant de trouver des murs entre ceux qui construisent des choses, ceux qui gèrent, ceux qui coachent, etc.

Je crois que nous pouvons vivre au-delà de ces murs, au moins à travers diverses professions et activités.

Ainsi, en 2020, «grâce» au temps «offert» par la conjoncture pandémique, j’ai finalisé un prototype de jeu que j’avais fait dans le passé, et l’ai publié sur Steam, sous le nom «Story of a tiny earth, the symbolic âges »(SOATE), comme une contribution pour dépasser ces murs.

Par ailleurs, la «gestion des produits», qui traite de tous les différents aspects du cycle de vie d’un produit, fait partie de mes activités professionnelles, et je pense qu’il est logique de publier directement le produit moi-même.

Je dois avouer que, pour ce jeu, et jusqu’à présent, j’étais beaucoup plus intéressé par la partie création que par la partie «comment le vendre», donc cet article ne parle que du processus de création. Je suis un peu attristé par les aspects «commerciaux» de l’industrie du jeu vidéo. Peut-être le sujet d’un futur post.

Par conséquent, SOATE essaie actuellement de survivre dans le sombre abîme de la vapeur, parmi des tonnes d’autres jeux. Si vous jouez au jeu et si vous l’aimez, merci beaucoup si vous pouvez parler et partager!

La vie comme un labyrinthe

En 2020, la pandémie «m’a donné le temps» de faire et de finaliser certains prototypes de jeux, et SOATE en fait donc partie.

Quand j’étais enfant, le jeu Pac-Man C’était comme une révolution pour moi, et c’est peut-être le jeu qui m’a donné le virus du game design. Mais Pac-Man peut aussi être vu comme un symbole de nos «dépendances à la ressource», de nos difficultés à faire face aux limites, car l’essence de son gameplay est de collecter des gommes, de plus en plus, de plus en plus vite. Beaucoup de jeux suivent la même logique.

J’ai donc essayé d’imaginer une manière inverse de collecter des choses, une manière de sauver et de sauver plutôt qu’une manière de retirer ou de détruire, ou même simplement de collecter. Sans avoir à tuer qui que ce soit, mais sans prétendre que nous n’avons peut-être pas à affronter des opposants, il en va de même pour les transformations culturelles qui se produisent dans nos sociétés, avec de plus en plus d’oppositions, sinon de conflits, entre des personnes en quête de directions différentes sinon opposées.

Ancien prototype SOATE, il y a quelques années. La vie vue à travers la perspective du labyrinthe.

J’ai aussi le sentiment que les transformations culturelles d’aujourd’hui (comme celles qui cherchent à augmenter l’impact positif de nos vies) sont comme essayer de progresser à travers des labyrinthes avec des entrées et des sorties différentes, des chemins différents à essayer, beaucoup de pièges et d’impasse aussi … et parfois des adversaires. J’ai essayé de symboliser ces aspects dans SOATE.

Un niveau en version 1.1.

Gaming et écologie

La plupart du temps, un jeu n’est rien d’autre que «vert».

Il est difficile de prévoir quel sera l’impact de l’industrie du jeu. Actuellement, à la fois en raison des ressources matérielles dont elle a besoin et de la consommation d’énergie qu’elle demande, l’industrie du jeu est loin d’être verte (pour les lecteurs français, je recommande vivement le magazine JV n ° 79 en mettant l’accent sur ce côté, https://www.jvlemag.com/ . Le livre «Playing Nature» par Alenda Y.Chang est une excellente ressource sur le jeu contre l’écologie. N’hésitez pas à partager vos propres liens sur ces sujets).

Mais qu’en est-il d’un potentiel de jeu vidéo pour changer notre point de vue de manière positive sur l’impact de nos vies? Un jeu à impact négatif mais qui peut compenser par l’impact positif qu’il apportera avec ses effets «pédagogiques»?

D’après mon expérience, l’importance est souvent d’essayer, chaque fois que nous le pouvons, de déplacer le curseur afin d’avoir un impact plus durable, et je continue de penser que les jeux vidéo, grâce à leur fort potentiel d’interactions, peuvent / devraient jouer. une part importante dans nos transformations «culturelles».

Une façon de pirater les histoires culturelles que de nous définir nous-mêmes et nos sociétés.

Bien sûr, un jeu vidéo en lui-même n’a pas d’impact positif, mais s’il aide le joueur à avancer plus loin dans son processus de transformation, peut-être que l’impact global deviendrait positif, et c’est ce qui me motive pendant mon temps de loisir: pouvoir créer des trucs, peut être un jeu, peut être autre chose, qui contribuera à nos transformations pour des vies plus durables, en aidant à restaurer les liens entre nous et toutes les autres espèces, entre nous et les différentes cultures humaines, en tenant compte des vulnérables , humain inclus.

Je ne dis pas que SOATE y parvient, mais j’espère que de plus en plus de concepteurs de jeux évoluent dans cette direction.

Ancien prototype SOATE: le symbole de l’arbre de vie.

SOATE et choix de conception.

La version actuelle du PC de SOATE pèse environ 100 MG. Aujourd’hui, il est assez facile de créer un jeu nécessitant des centaines ou des milliers de Mo, et il appartient à chaque personne impliquée dans un processus de création de jeu vidéo de rendre les jeux plus frugaux. La même chose pour un produit quel qu’il soit.

La frugalité d’un jeu, que ce soit au niveau de sa taille ou de sa consommation d’énergie, est affaire de compromis, du tout début du processus de création à sa fin. Il est également fortement corrélé aux compétences impliquées lors de ce processus de création.

Donnons quelques exemples sur SOATE.

Léger ou pas

Les niveaux sont sphériques dans SOATE, sans lumière la «sphère» semble plate, et il devient difficile de différencier les éléments de premier plan des éléments d’arrière-plan.

Mais la lumière s’accompagne toujours d’une surcharge de performance. La lumière a besoin de calculs. Sur la base de ma propre expérience, les compétences pour trouver le bon compromis avec les lumières et les ombres, de même que les compétences requises pour la modélisation d’objets, jouent un rôle crucial sur l’impact final d’un jeu (en ce qui concerne l’impact du processus de développement en lui-même, c’est une autre histoire. Estimer le plein impact d’un produit, en tenant compte de son processus de construction, peut devenir très complexe et va au-delà du but de cet article).

Dans SOATE, je voulais avoir un effet spot light sur l’avatar du joueur, mais en essayant en même temps d’utiliser les shaders les moins éclairés que je pouvais pour optimiser les performances (note: les shaders sont un morceau de code dédié au rendu de l’objet. n’utilisez pas de calculs légers).

Effet de lumière spot… sans spot.

Dans le jeu, il y a des shaders dont le but est d’apporter cet effet de lumière sans avoir besoin de lumière (s) supplémentaire (s), en fonction de la distance ou de la direction entre la caméra et un objet (en utilisant le produit scalaire).

Le calcul de l’angle de direction est assez rapide et l’utilisation de ces types de shaders m’aide à diminuer les besoins en performances du jeu.

Bien sûr, c’est toujours une question de compétences et de volonté. Un expert en lumière et en shader qui ne chercherait pas à faire un jeu frugal pourrait obtenir un meilleur résultat global que moi. Je crois que l’importance est de savoir comment chacun peut essayer de déplacer le curseur dans la «bonne» direction (et direction subjective), selon ses propres compétences et moyens.

Quand je regarde les courbes de profileur de performances de SOATE, j’aimerais pouvoir faire beaucoup plus en termes d’optimisations et de frugalité, mais si je compare aux premiers prototypes que j’ai réalisés, je peux vous dire qu’il y a une grande différence .

SOATE et les résolutions d’affichage.

J’ai conçu le jeu pour utiliser 1920 * 1080 comme résolution par défaut, qui semble être la plus populaire. La version actuelle du jeu n’intègre pas de résolutions de texture plus élevées pour les principaux éléments de jeu. C’est un choix. Mais ce n’est pas simple.

Lorsqu’une version de jeu intègre des ressources de tailles et de résolutions différentes, elle participe, directement ou indirectement, au «Si je change mon ordinateur / mobile pour un nouveau avec des caractéristiques plus élevées, l’expérience sera meilleure». J’ai essayé d’éviter ce côté sombre du jeu vidéo du mieux que je pouvais. Il est toujours possible grâce aux options d’adapter la qualité, mais principalement pour les paramètres liés au processus de rendu. Bien sûr, un jeu peut charger des actifs à partir d’un serveur à la demande, mais cela oblige l’utilisateur à se connecter, et l’impact de ce modèle peut ne pas être idéal.

Dans SOATE, il y a une fonctionnalité qui peut être controversée concernant les compromis que j’ai faits: les modes rétro. Ces modes permettent aux joueurs de jouer à travers un ancien moniteur à l’intérieur du jeu, ou à travers une armoire d’arcade, dans la première décennie du jeu vidéo.

Lorsque le jeu est joué en mode rétro, le besoin d’actifs haute résolution pour ce qui apparaît à l’intérieur du «moniteur du jeu» est moindre, car la partie visible du jeu diminue. Ces modes ont probablement un meilleur intérêt si vous avez des résolutions élevées et de grands écrans.

Mais ce n’est pas parfait. Les modes rétro ajoutent des objets 3D à la scène, ainsi que des lumières, et ajoutent ainsi une surcharge en termes de performances. Cela ajoute également du post-traitement (les premiers prototypes de modes rétro avaient un effet de post-traitement beaucoup plus complexe que la version 1.1, car j’ai essayé de limiter la surcharge au minimum).

Un des premiers prototypes en mode rétro, dans l’environnement de développement Unity.

Alors pourquoi ces modes existent-ils? Au début, le but des modes rétro était uniquement de faire une bande-annonce. L’histoire aurait pu s’arrêter ici. Mais je n’étais pas à l’aise avec le fait que la bande-annonce puisse montrer quelque chose qui n’était pas présent dans le jeu lui-même, car j’ai reçu de bons retours concernant cet effet rétro. La même chose avec un effet de floraison que j’ai ajouté plus tard.

Il était également important pour moi que les joueurs avec des configurations matérielles solides puissent également profiter du jeu, sans avoir à intégrer des actifs haute résolution dans la construction.

Lorsque vous cherchez à apporter votre part, aussi petite soit-elle, dans les transformations de nos sociétés, je crois qu’il est important de ne pas limiter votre audience. Les modes rétro sont présents dans le jeu mais n’en sont pas une partie essentielle. Lorsque vous jouez aux niveaux pour la première fois, les modes rétro ne sont pas présents et viennent en bonus plus tard si le joueur parvient à sauver suffisamment d’espèces.

Les objets 3D en modes rétro sont limités et optimisés afin de ne pas ajouter trop de triangles dans les scènes et donc de limiter les frais généraux. La zone d’éclairage supplémentaire est limitée au minimum.

Je sais que certains joueurs pourraient s’attendre à quelque chose de plus, et d’autres trouveraient ces modes comme un pur gadget, mais j’essaie de trouver un «bon» compromis, ce qui par nature est une mission impossible.

Il est également possible de faire un zoom avant ou arrière, d’ajuster l’expérience en fonction de la taille de l’écran et des préférences de résolution, et des possibilités, du joueur.

J’ai apporté quelques optimisations à mes shaders afin d’équilibrer la surcharge des modes rétro, et la version SOATE actuelle, avec les modes rétro activés, a un impact moindre que les versions alpha qui n’intégraient pas ces modes.

«Essayez de trouver quelque chose à supprimer si vous ajoutez quelque chose de nouveau!». C’est une approche clé pour moi.

Mais quoi que je puisse faire ou dire, les modes rétro ont une surcharge.

Prototype en mode rétro avec des imitations «ponctuelles» à travers des shaders.

Frugalité, bureau et mobile

On entend parfois dire que les «petits jeux» sont destinés aux appareils mobiles, pas aux ordinateurs de bureau. Je pense que c’est de moins en moins vrai, grâce à de nombreux développeurs indépendants qui ont montré qu’un jeu de bureau pouvait offrir une excellente expérience de jeu avec une énorme économie de moyens. Je vais peut-être développer une version mobile de SOATE. Cette version sera plus frugale que la version de bureau … mais cela ne veut pas dire que la version de bureau ne pourrait pas être frugale aussi.

Multijoueur

Les infrastructures derrière les jeux multijoueurs ne sont pas innocentes quand vient le temps d’estimer l’impact de l’industrie du jeu. Pour SOATE, j’ai ajouté un mode multijoueur local, via un écran partagé. Nous n’avons qu’une seule planète à protéger, il est donc important pour moi d’intégrer un mode multijoueur où les joueurs partagent le même monde. Mais l’écran partagé peut multiplier les besoins de rendu par deux (ou plus), de sorte que le mode écran partagé utilise des shaders simplifiés afin de minimiser la surcharge de performances.

Un exemple de niveau coopératif à 2 joueurs.

Grâce à la fonction Steam «Remote Play Together», il est possible de jouer à distance à ce mode coopératif, proche d’un mode streaming.

Il est assez difficile de dire si ce mode a un bon ou un mauvais effet du point de vue de la frugalité, et nous devrions avoir un moyen de mesurer l’impact dans le futur.

Matériel pédagogique

Dans SOATE, vous pouvez débloquer des descriptions d’espèces et des gestes écologiques à promouvoir. C’est facultatif, mais cela peut aider à obtenir des points de vie supplémentaires et des indices sur la façon de mieux réussir dans les niveaux.

Exemple de «texte pédagogique»

L’écriture de ces textes a été bien plus difficile que je ne le pensais au début (et pas seulement pour la version anglaise car je suis française!). J’ai trouvé assez difficile de ne pas paraître trop naïf ou de ne pas donner de cours à partir d’une position privilégiée. Je pense qu’il est presque impossible d’éviter cet effet secondaire.

Cela dit, je crois sincèrement qu’il est possible de proposer une expérience à la fois ludique et pédagogique.

J’espère pouvoir, un jour, créer une expérience pédagogique sans avoir à utiliser explicitement du matériel pédagogique. Créer une expérience pédagogique en soi. Cela ressemble à un graal pour moi. Si vous pensez à un jeu qui y parvient, partagez vos commentaires sur cet article.

Itérations, encore et encore

Lorsque vous essayez de créer à travers un chemin de compromis, vous devez vous préparer à itérer beaucoup, car chaque nouvelle fonctionnalité apporte un nouveau compromis qui peut entraîner la nécessité de mettre à jour ou de supprimer une fonctionnalité existante.

Certains pourraient dire que la création est toujours une question de compromis, en particulier dans le traitement de la création de jeux vidéo. Mais dans le cas des compromis de «  jeux frugaux  », c’est comme voyager seul, car il n’y a pas tellement d’exemples de jeux ayant la contrainte «  frugale  » en haut de la liste (en haut, pas simplement un joli à offrir, ou l’objectif technique d’équipes dédiées une fois les choix de conception effectués). Encore une fois, n’hésitez pas à partager en retour vos propres exemples.

La forme sphérique du jeu lui-même était passée par plusieurs mutations et expérimentations, pour trouver, sinon le meilleur compromis, celui avec lequel j’étais le plus à l’aise. Avoir des formes avec une surcharge de rendu minimale était crucial pour moi. La même chose pour la façon d’utiliser les textures dessus.

Et parfois les pépins sont plus inventifs que leurs créateurs…

Un pépin. J’aime celui la !

Je ne peux pas dire si la version actuelle de SOATE fait le meilleur compromis de toutes les versions alpha qui mènent à la version actuelle. Lorsque vous devez accepter des compromis, je pense qu’il est presque impossible de se sentir complètement heureux à la fin, car construire un pont entre des directions opposées mène toujours à une forêt de paradoxes, de contradictions et de critiques.

La liste des choix de conception de jeux et des adaptations effectuées depuis les premières étapes de SOATE pourrait remplir de nombreuses pages, le chemin de création étant un labyrinthe en soi.

utopie

À travers ce post simple, je voulais vous donner une vision «en coulisses» de l’expérience de création SOATE. Prendre en compte la frugalité ajoute beaucoup de complexité, au risque de perdre soi-même ou les joueurs, y compris l’expérience que vous essayez d’offrir. Mais je crois que c’est un risque que nous devons prendre, si nous croyons que nous devons nous transformer d’une manière ou d’une autre, y compris des transformations de nos créations matériaux quels qu’ils soient.

Mon utopie? Si de plus en plus de personnes, pas à pas, tentent de faire bouger le curseur vers un mode de vie plus durable, j’espère que nous devrons de moins en moins faire face à des paradoxes et des difficultés à essayer de fabriquer des produits frugaux. Cela indiquera que la transformation en cours a commencé à devenir cohérente.

C’est peut-être un rêve. Mais les rêves comptent.

Dominique Da Costa

Histoire d’une petite terre, les âges symboliques sur Steam (steampowered.com)

Sans foule, les équipes de football ont toujours un avantage à domicile – nouvelle étude -Ecologie, science


Dans le football, une victoire «sur la route» prend souvent plus d’importance qu’une victoire comparative à domicile. Bien que l’idée d’un avantage à domicile ait fait l’objet d’une attention considérable dans les recherches au fil des ans, nous ne savons toujours pas pourquoi ce phénomène est observé dans toutes les plus grandes ligues européennes de football masculin.

La mesure dans laquelle les équipes d’une ligue bénéficient de jouer à domicile varie, mais des études ont montré une augmentation comprise entre 49% et 79% par rapport au nombre de points gagnés à domicile en pourcentage du total des points disponibles. Ligues dans Andine et balkanique les pays affichent les effets d’avantage du logement les plus élevés.

En règle générale, les raisons suggérées pour expliquer l’avantage de la maison peuvent être décomposées en quatre catégories – soutien des foules, territorialité, familiarité et fatigue du voyage.

Le soutien de la foule fonctionne à travers les décisions que les arbitres prennent sur le terrain de jeu, sous la pression de la foule, et il est apparu comme la source la plus probable d’effets d’avantage à domicile. Mais que se passe-t-il si vous emportez les foules?

Pas de supporters

COVID-19 signifiait que les matchs devaient se dérouler dans des stades vides. Bien que le bruit de la foule soit ajouté à la version diffusée des sports, ces bruits n’ont pas été diffusés dans les stades eux-mêmes.

Cela a permis aux chercheurs de tester les effets de l’élimination des foules des matchs de football. Dans une nouvelle étude, y compris des données sur dix ans dans six ligues masculines européennes nationales, une équipe de chercheurs a analysé 40 000 matchs avant et pendant la pandémie.

Un arbitre sort un carton jaune.
Les arbitres peuvent être influencés par la foule.
Shutterstock / Maxisport

Les chercheurs ont découvert que les équipes locales avaient toujours un avantage, malgré l’absence de foule. L’avantage a diminué d’environ un sixième par rapport aux matchs joués avec des supporters présents, mais la réduction n’a pas atteint le seuil de signification statistique. Ce résultat montre que l’avantage du domicile demeure même en l’absence de foule, ce qui suggère que d’autres facteurs autres que les supporters contribuent à l’effet d’avantage du domicile.

Le manque de foule a eu un impact sur le comportement des arbitres. Il y a eu une réduction du nombre de fautes, de cartons rouges et jaunes attribués à l’équipe à l’extérieur. Les chercheurs disent que cela pourrait être dû au fait qu’aucune foule ne met la pression sur l’arbitre.



À lire aussi:
Alors que le football revient dans des stades vides, quatre graphiques montrent comment l’avantage à domicile disparaît


L’équipe de recherche a constaté que l’équipe locale avait tenté moins de frappes au but sans que la foule ne les regarde. Ce résultat a été interprété comme une préférence pour garder la possession et travailler pour une meilleure chance, en choisissant la qualité plutôt que la quantité. On ne sait pas pourquoi cela s’est produit, mais l’équipe de recherche propose que sans les demandes de la foule, les joueurs semblent être plus perspicaces dans leur jugement du moment où tenter un tir au but.

Avantage de la maison

D’autres études qui ont analysé les matchs joués selon les directives COVID-19 par rapport à la saison régulière ont vu des résultats différents. Par exemple, une étude a rapporté un inconvénient à la maison, par opposition à un manque d’avantage à domicile, pour les neuf derniers tours de la saison de Bundesliga allemande en 2020. De même, dans les principales divisions en Angleterre, en Espagne, en Italie, au Portugal et en Allemagne, une autre étude a révélé que effet avantage de la maison réduit de moitié en jouant pendant la pandémie.

Dans l’ensemble, il semblerait que les effets d’avantage à domicile dans le football masculin à travers l’Europe se soient réduits du fait des restrictions imposées aux spectateurs qui soutiennent pendant la pandémie, sans disparaître complètement. Cela semble être dû à un léger ajustement inconscient dans les décisions prises par les arbitres.

Les résultats de cette étude suggèrent que la foule n’est pas le seul facteur à l’origine de l’avantage de la maison. Des facteurs tels que les décisions prises par les entraîneurs dans la façon dont ils mettent en place les équipes (formation défensive vs plus offensive) et le simple folklore selon lequel il est plus difficile de gagner à l’extérieur de la maison peuvent contribuer plus que nous ne le pensions initialement.

Une extension de ce travail pour mettre en lumière l’avantage à domicile dans le football féminin et les compétitions de deuxième niveau est une prochaine étape évidente et nécessaire.

Joshua Lawler de UW Environment est nommé membre de l’Ecological Society of America -Ecologie, science


Josh Lawler
Josh Lawler de l’École des sciences de l’environnement et de la forêt.

Joshua Lawler, professeur à l’Université de Washington dans le École des sciences de l’environnement et de la forêt, a été nommé membre 2021 de l’Ecological Society of America. Les boursiers sont élus à vie, et l’honneur reconnaît les scientifiques qui font progresser ou appliquent les connaissances écologiques dans les universitaires, le gouvernement, les organismes sans but lucratif et la société en général.

Les recherches de Lawler portent sur la manière dont le changement climatique peut entraîner des changements dans la répartition des plantes et des animaux, et sur les impacts que ces changements ont à la fois au niveau des espèces et des écosystèmes. Il étudie également comment le changement climatique affecte les gens et les façons dont la santé humaine, le climat et l’environnement sont liés.

En plus de ses recherches et de son enseignement, Lawler dirige le Initiative Nature et Santé, une organisation membre de UW EarthLab. L’initiative cherche à comprendre les avantages du contact avec la nature pour la santé et le bien-être humains, et à traduire cette compréhension en programmes, pratiques et politiques qui profitent à tous.

«Venant de la plus grande organisation scientifique professionnelle dans le domaine des sciences écologiques, il s’agit d’une reconnaissance particulièrement significative de la part de ses pairs scientifiques du leadership de Josh», a déclaré Dan Brown, professeur et directeur de l’École des sciences de l’environnement et de la forêt. «Son travail et celui de ses étudiants et partenaires ont eu un impact important sur l’avancement de notre compréhension des impacts du changement climatique sur la biodiversité, et sa direction du réseau Nature et Santé à UW sert de pont important entre la science et la société.

Selon l’Ecological Society of America du 25 mars annonce, l’organisation a élu Lawler pour «avoir élargi la compréhension des effets du paysage et du changement climatique sur la diversité biologique; pour éduquer les étudiants et servir la société de manière à accroître la reconnaissance de la science écologique et du lien entre la nature et la santé humaine; et pour le mentorat de la prochaine génération d’écologistes.

En savoir plus sur UW News »

Augmenter le salaire minimum est également un problème de santé -Ecologie, science


Le Congrès a raté de peu l’un de ses meilleurs plans d’amélioration de la santé lorsque le Sénat n’a pas avancé un projet de loi qui aurait augmenté le salaire minimum à 15 $ US de l’heure. Étude après étude a lié un revenu plus élevé pour une meilleure santé.

Considérez qu’un emploi bien rémunéré, par définition, augmente le revenu du ménage. Cela signifie à son tour un accès accru à une bonne nutrition, à la chaleur et à un environnement sûr. Cela signifie également adéquat soins de santé. Avec ce travail, vous ferez probablement plus de visites chez les médecins de soins primaires, les dentistes et les spécialistes qui travaillent dans les soins préventifs.

Un revenu insuffisant ne fait rien de tout cela. À la place, ça augmente la susceptibilité au stress psychologique, au malaise, maladie et maladie. C’est l’une des raisons pour lesquelles ceux qui abandonnent les prestations sociales et trouvent un emploi améliorent leur bien-être.

Je ne suis pas un économiste. Mais je suis un médecin et scientifique en santé publique. Je peux vous dire que la recherche montre qu’un emploi bien rémunéré se traduit par une vie plus longue. Par exemple, des chercheurs en 2016 ont constaté que le 1% des hommes les plus riches aux États-Unis ont vécu 14,6 ans de plus en moyenne que le 1% des hommes les plus pauvres.

Un jeune homme, nettoyant des tables dans un café.
Être employé, même à un emploi mal rémunéré, peut améliorer votre santé et votre bonheur.
Images en demi-point via Getty Images

Prestations d’emploi

De nombreuses études montrent l’emploi est lié à l’estime de soi, au but et à l’identité. Il fournit des relations, des liens sociaux, un statut social et une activité productive régulière; un emploi fait partie intégrante de l’identité d’une personne. Sa perte menace cette identité, c’est pourquoi le chômage entraîne généralement une baisse en santé mentale. Par rapport à leurs homologues employés, les Américains au chômage sont beaucoup plus probables pour recevoir un diagnostic de dépression.

Une étude a révélé que les personnes handicapées qui avaient un emploi étaient moins susceptibles d’avoir des détresse mentale, y compris l’anxiété et la dépression, que les personnes handicapées sans emploi (18% contre 40%). Cette constatation a tenu même en tenant compte des données démographiques et des caractéristiques individuelles.

Une solution possible

De nombreux économistes critiquent depuis longtemps les allocations de chômage en raison de leur impact négatif sur la volonté de travailler. le allocation de chômage moyenne est de 320 $ par semaine; le montant varie selon l’état. L’American Rescue Plan, récemment adopté pour fournir une aide économique à des millions d’Américains durement touchés par la pandémie, ajoute 300 $ supplémentaires aux prestations de chômage jusqu’au 6 septembre.

Comparez cela à l’actuel fédéral salaire minimum: 7,25 $ de l’heure. C’est 290 $ pour une semaine de 40 heures, moins que ce que paient les allocations de chômage. Cela signifie que pour des millions d’Américains, être employé signifie moins de revenus. Avec le supplément fédéral, 63% des travailleurs faire plus sur le chômage qu’ils ne le feraient avec un emploi au salaire minimum. Réduire le supplément fédéral à seulement 100 $ par semaine, et 25% de la main-d’œuvre gagneraient encore plus avec le chômage.

Ce qui soulève la question: pourquoi ne pas augmenter le salaire minimum – au moins suffisamment pour en faire plus que les allocations de chômage? De cette façon, plus de gens seraient motivés à chercher un emploi.

Cela ne se produira peut-être pas bientôt, voire pas du tout. Le plan du président Biden pour augmenter le salaire minimum fédéral à 15 dollars de l’heure ne faisait pas partie du paquet d’aide COVID-19 de 1,9 billion de dollars. Et c’est vrai qu’il y a un inconvénient: augmenter le salaire minimum peut réduire le nombre d’emplois disponibles. UNE Estimation du Congressional Budget Office Selon la proposition de Biden, l’augmentation permettrait à 900 000 personnes de sortir de la pauvreté, mais elle tuerait également 1,4 million d’emplois en quatre ans.

Une brève histoire du salaire minimum.

Cela dit, les personnes aptes à travailler devraient être encouragées à chercher un emploi et non à ne pas se dérober. Avec des allocations de chômage plus que le salaire minimum de base dans de nombreux États, nous envoyons le mauvais message à des millions de personnes. Un salaire minimum plus élevé ne se résume pas à plus d’argent. Cela signifie également plus de bonheur, une meilleure santé et une vie plus longue.

[[Tirez le meilleur parti de The Conversation, chaque week-end. Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire.]

Une étude sonne le dernier avertissement de la forêt tropicale qui se transforme en savane avec le réchauffement climatique -Ecologie, science


  • Une étude récente du Brésil montre que le stress thermique perturbe une composante essentielle de la photosynthèse chez les espèces d’arbres présentes dans la ceinture de l’Amazonie et du Cerrado.
  • Les feuilles chauffent plus vite que l’air ambiant et des températures suffisamment élevées peuvent leur causer des dommages irréversibles et mettre l’arbre en danger.
  • La région est devenue plus chaude au cours des dernières décennies et a été confrontée à des vagues de chaleur de plus en plus intenses, alimentées non seulement par le réchauffement climatique mais aussi par la déforestation locale.
  • Les forêts tropicales pourraient ressembler de plus en plus à des forêts de feuillus ou des savanes à l’avenir, qui sont mieux adaptées pour faire face à des températures plus élevées, selon l’étude.

Au fur et à mesure que la planète se réchauffe, ce ne sont pas seulement les humains qui ressentent la chaleur – les arbres le sont aussi. La hausse des températures perturbe l’un des principaux moteurs de la vie sur Terre: la photosynthèse.

Une étude récente du Brésil ajoute aux craintes que le changement climatique modifie la face de la planète. Au sens propre. Les forêts tropicales pourraient ressembler de plus en plus à des forêts de feuillus ou des savanes à l’avenir, selon les recherches menées au Brésil. Cerrado biome. Cette écorégion adjacente à la forêt amazonienne est le lieu où se mêlent savane, prairies et forêts.

L’article, publié dans Lettres de recherche environnementale en mars, axé sur quatre espèces d’arbres trouvées à la fois dans les forêts tropicales amazoniennes et dans les savanes: Qualea parviflora, connu comme Pauterra en portugais; Pseudobombax longiflorum, ou l’arbre à blaireau brésilien; Hymenaea stigonocarpa (jatobá faire Cerrado); et Vatairea macrocarpa, aussi connu sous le nom Angelim.

«L’article étend les connaissances actuelles sur la tolérance à la chaleur aux espèces tropicales dans les régions particulièrement chaudes, en testant des espèces non testées auparavant», a déclaré Gotthard Heinrich Krause, professeur de physiologie végétale à l’Université Heinrich Heine de Düsseldorf, en Allemagne.

Krause, qui n’a pas participé à l’étude, a noté que le document souligne comment «l’augmentation du nombre de vagues de chaleur extrêmes, souvent associées au stress dû à la sécheresse», aggrave le stress thermique auquel sont confrontés les arbres.

Les températures maximales dans le Cerrado la région et les forêts voisines peuvent atteindre 45 ° Celsius (113 ° Fahrenheit). La région s’est réchauffée de façon perceptible au cours des dernières décennies et les vagues de chaleur qui balayent régulièrement la région deviennent de plus en plus chaudes et sèches.

Le réchauffement d’une feuille dépend de la quantité de rayonnement solaire qu’elle absorbe et de ce qu’elle perd par conduction et en tant que rayonnement à ondes longues. Les feuilles exposées au dur soleil tropical se réchauffent plus vite que l’air ambiant qui les entoure.

Igor Araújo installant des boîtes thermiques sur les arbres pour mesurer la température des feuilles. Image fournie par Igor Araújo.

« Une exposition prolongée à la chaleur peut endommager les tissus des feuilles, compromettre l’efficacité de la photosynthèse et, par conséquent, la forme physique des arbres », a déclaré Igor Araújo, premier auteur du nouvel article et écologiste à l’Université d’État du Mato Grosso, au Brésil.

Le réchauffement disproportionné de la Cerrado Ce n’est pas seulement la hausse de la température mondiale, mais aussi la déforestation locale et la fragmentation des zones boisées. Comme les pâturages et les terres cultivées ont rongé les forêts, leur effet de refroidissement est en train de devenir atténué.

Les arbres se refroidissent eux-mêmes et les zones autour d’eux en transpirant de l’eau à travers les stomates parsemant la surface de leurs feuilles. Ce processus, associé à l’évaporation, est également la raison pour laquelle les zones forestières induisent des précipitations. «Un seul arbre adulte en Amazonie peut transpirer jusqu’à 1 000 L [264 gallons] d’eau par jour, fonctionnant comme un climatiseur naturel de l’environnement. Ce processus est appelé pompe biotique, qui est réduite par la déforestation », a déclaré Araújo.

Lorsqu’ils sont confrontés à une chaleur torride et à des périodes de sécheresse, les pores des feuilles se referment pour conserver l’eau. «Cela réduira ou empêchera le refroidissement transpiratoire des feuilles, provoquant des augmentations substantielles de la température des feuilles au-dessus de la température de l’air», a déclaré Krause.

L’étude a estimé, pour la première fois, les températures que les feuilles peuvent tolérer. Pour ce faire, les auteurs ont calculé la température à laquelle un composant critique du photosystème se décompose et les températures que les feuilles subissent. La différence entre les deux niveaux s’appelle la marge de sécurité thermique (Tsm).

Krause a déclaré qu’il s’attendait à ce que la température à laquelle les scientifiques observent des dommages permanents aux tissus foliaires soit supérieure à ce que les chercheurs estiment. Cela signifierait un filet de sécurité plus large, mais ce ne serait toujours pas suffisant pour protéger la plupart des espèces considérées dans la recherche, étant donné le rythme actuel du réchauffement.

Un environnement aussi hostile est dangereux pour les feuilles et les arbres. L’arbre ne perd pas de feuilles dans le cadre d’un cycle saisonnier, mais plutôt parce qu’ils ne remplissent pas leur fonction de captage d’énergie.

Les auteurs ont constaté que chez certaines espèces, les températures maximales des feuilles dépassent déjà ce seuil. Mais si les températures moyennes augmentent même de 2,5 ° C (4,5 ° F), cela sera vrai pour la plupart des espèces d’arbres, estiment-ils. Avec une élévation de 5 ° C (9 ° F), toutes les espèces d’arbres étudiées souffriront de brûlure des feuilles.

Ce n’est pas seulement la santé des arbres qui diminue; d’autres scientifiques ont montré que le stress thermique affecte également l’absorption de dioxyde de carbone par les arbres. Selon Krause, il y a une réduction du CO2 absorbé par les plantes même à des températures inférieures à celles qui court-circuitent la photosynthèse. «Une telle réduction contribuera à la réduction du puits de carbone de la forêt tropicale», a-t-il déclaré.

Pour le moment, les espèces de savane adaptées à des températures plus élevées se portent mieux que les espèces de forêt tropicale. «Nos résultats indiquent donc des changements attendus de la caducité dans le futur et donc une tendance à la végétation de savane remplaçant les forêts dans les régions du sud de l’Amazonie caractérisées par de grandes plaques de déforestation», écrivent les auteurs.

Que se passe-t-il sur l’Amazone-Cerrado frontière peut être un précurseur de forêts tropicales fébriles à travers le monde. Contrairement aux humains, ces forêts n’ont pas de climatiseurs ni de crèmes solaires pour les protéger.

Citations:

Araújo, I., Marimon, B. S., Scalon, M. C., Fauset, S., Marimon Junior, B. H., Tiwari, R.,… Gloor, M. U. (2021). Les arbres de la transition Amazonie-Cerrado approchent des seuils de températures élevées. Lettres de recherche environnementale, 16(3), 034047. doi:10.1088 / 1748-9326 / abe3b9

Tiwari, R., Gloor, E., Cruz, W. J., Schwantes Marimon, B., Marimon-Junior, B. H., Reis, S. M.,. . . Galbraith, D. (2020). L’efficacité quantique photosynthétique des arbres du sud-est de l’Amazonie pourrait déjà être affectée par le changement climatique. Plante, cellule et environnement. est ce que je:10.1111 /pce.13770

(Image de bannière: Ranchland et Cerrado au Brésil. Image de Rhett A. Butler / Mongabay.)

Malavika Vyawahare est rédactrice pour Mongabay. Retrouvez-la sur Twitter: @MalavikaVy

COMMENTAIRES: Utilisez ceci forme pour envoyer un message à l’auteur de ce post. Si vous souhaitez publier un commentaire public, vous pouvez le faire en bas de la page.

Amazonie, sécheresse en Amazonie, changement climatique, changement climatique et conditions météorologiques extrêmes, changement climatique et forêts, déforestation, canicule, plantes, forêts tropicales, recherche, savanes, arbres


Comment fonctionnent les jetons non fongibles et où ils tirent leur valeur – un expert en crypto-monnaie explique les NFT -Ecologie, science


À emporter

· Les jetons non fongibles prouvent la propriété d’un élément numérique – image, fichier son ou texte – de la même manière que les gens possèdent des pièces cryptographiques.

· Contrairement aux crypto-monnaies, qui sont identiques et valent la même chose, les NFT sont uniques.

· Un NFT vaut ce que quelqu’un est prêt à payer pour cela, ce qui peut être beaucoup si le NFT est fabriqué par un artiste célèbre et que l’acheteur est un riche collectionneur.


Un ami avocat m’a récemment posé des questions à l’improviste sur les jetons non fongibles, ou NFT. Ce qui a suscité son intérêt, c’est la vente d’un collage composé de 5000 pièces numériques, mis aux enchères par Christie’s le 11 mars 2021, pour un 69 millions de dollars américains remarquables. Mike Winkelmann, un artiste connu sous le nom de Beeple, a créé cette œuvre d’art numérique, en a fait un NFT et l’a proposée à la vente. L’enchère a commencé à 100 $ et le reste du processus de mise aux enchères l’a transformée en un événement historique.

De même, il était difficile de passer à côté de l’actualité du GIF emblématique Chat Nyan vendu comme une œuvre d’art, le fondateur de Twitter a transformé le premier tweet dans un NFT et le mettre en vente, ou un NFT d’une chronique du New York Times gagner un demi-million de dollars par charité.

Les questions de mon ami visaient à comprendre d’où vient la valeur sous-jacente d’un NFT. Le problème est que les perceptions de ce que l’acheteur paie ne sont pas facilement formulées en termes juridiques. Les marchés NFT ne décrivent pas toujours avec précision la proposition de valeur des produits qu’ils vendent. La vérité est que la valeur de tout NFT est spéculative. Sa valeur est déterminée par ce que quelqu’un d’autre est prêt à payer et rien d’autre.

Transformer quelque chose d’aussi éphémère qu’un tweet en un article qui peut être vendu nécessite deux choses: le rendre unique et prouver sa propriété. Le processus est le même pour les crypto-monnaies, qui transforment des chaînes de bits en pièces virtuelles ayant une valeur réelle. Cela se résume à la cryptographie.

Clés et blocs

La cryptographie est la technique utilisée pour protéger la confidentialité d’un message en le transformant en une forme qui ne peut être comprise que par les destinataires prévus. Tout le monde le verra comme une séquence inintelligible de caractères aléatoires. Cette manipulation de message est activée par une paire de clés, clés publiques et privées: Vous partagez votre clé publique avec votre ami, qui l’utilise pour transformer son message à vous en une séquence inintelligible de caractères aléatoires. Vous utilisez ensuite votre clé privée pour la remettre dans sa forme d’origine.

Les propriétés mathématiques spéciales de ces deux clés cryptographiques sont largement utilisées pour assurer le secret et l’intégrité. Deux clés cryptographiques jouent le rôle de signatures numériques et sont couramment utilisées dans la blockchain pour permettre à la fois l’authentification et l’anonymat des transactions.

La blockchain est une technologie cruciale pour créer des NFT. Il utilise la cryptographie pour enchaîner les blocs dans une liste croissante d’enregistrements. Chaque bloc est verrouillé par un hachage cryptographique, ou une chaîne de caractères qui identifie de manière unique un ensemble de données, sur le bloc précédent. Les enregistrements de transaction d’une chaîne de blocs sont stockés dans une structure de données appelée Arbre Merkle. Cela permet une récupération rapide des enregistrements passés. Pour participer aux transactions basées sur la blockchain, chaque utilisateur doit créer une paire de clés: une clé publique et une clé privée. Cette conception rend très difficile la modification des données de transaction stockées dans la blockchain.

Bien que la blockchain ait été initialement conçue pour prendre en charge les actifs fongibles comme Bitcoin et d’autres crypto-monnaies, elle a évolué pour permettre aux utilisateurs de créer un type particulier d’actif cryptographique, celui qui est non fongible, ce qui signifie prouvé unique. La blockchain Ethereum est la base de la plupart des NFT actuellement proposés car elle prend en charge le Norme de jeton ERC-721, permettant aux créateurs de NFT de capturer des informations pertinentes pour leurs artefacts numériques et de les stocker sous forme de jetons sur la blockchain.

Une pièce commémorative portant un logo à double pyramide se trouve dans un portefeuille en cuir ouvert contenant des pièces en euros
Les premiers NFT ont été réalisés à l’aide de la technologie cryptographique sous-jacente à la crypto-monnaie Ethereum.
Ivan Radic / Flickr, CC BY

Lorsque vous payez pour un NFT, vous obtenez le droit de transférer le jeton vers votre portefeuille numérique. Le jeton prouve que votre copie d’un fichier numérique est l’original, comme si vous possédez une peinture originale. Et tout comme les tableaux de chefs-d’œuvre peuvent être copiés et distribués sous forme d’affiches bon marché, n’importe qui peut avoir une copie numérique de votre NFT.

Votre clé cryptographique privée est la preuve de la propriété de l’original. La clé de chiffrement publique du créateur de contenu sert de certificat d’authenticité pour cet artefact numérique particulier. Cette paire de clé publique du créateur et de clé privée du propriétaire est principalement ce qui détermine la valeur de tout jeton NFT.

La très courte histoire des NFT

Les NFT ont pris de l’importance en 2017 avec un jeu appelé CryptoKitties, qui permet aux joueurs d’acheter et «d’élever» des chats virtuels en édition limitée. À partir de là, les développeurs de jeux ont largement adopté les NFT pour permettre aux joueurs de gagner des objets dans le jeu tels que des boucliers numériques, des épées ou des prix similaires, et d’autres objets de collection de jeu. La tokénisation des actifs de jeu change vraiment la donne, car elle permet de transférer des jetons entre différents jeux ou vers un autre joueur via les marchés blockchain spécialisés de NFT.

Outre les jeux, les NFT sont fréquemment utilisés pour vendre une large gamme d’objets de collection virtuels, y compris des cartes à collectionner virtuelles NBA, de la musique, des images numériques, des clips vidéo et même de l’immobilier virtuel dans Décentrale, un monde virtuel.

NonFungible.com, un site Web qui suit les projets et les marchés NFT, évalue la valeur du marché total de la NFT à 250 millions de dollars, une fraction négligeable du marché total des crypto-monnaies mais toujours très attrayante pour les créateurs de contenu. Le contrat derrière le jeton, basé sur le ERC-721 standard pour la création de NFT, peut être définie pour permettre aux créateurs de contenu de continuer à gagner un pourcentage de toutes les ventes ultérieures.

Le marché du NFT est susceptible de se développer davantage, car toute information numérique peut facilement être «frappée» dans un NFT, un moyen très efficace de gérer et de sécuriser les actifs numériques.

Empreinte carbone de la blockchain

Malgré toute l’excitation, on craint également que les NFT ne soient pas écologique car ils sont construits sur la même technologie de blockchain que celle utilisée par certaines crypto-monnaies gourmandes en énergie. Par exemple, chaque transaction NFT sur le réseau Ethereum consomme l’équivalent de énergie quotidienne consommée par deux foyers américains.

La sécurité de la plupart des réseaux blockchain d’aujourd’hui repose sur des ordinateurs spéciaux appelés «mineurs» qui se font concurrence pour résoudre des énigmes mathématiques complexes. C’est le preuve de travail principe, qui empêche les gens de jouer avec le système et incite à le construire et à le maintenir. Le mineur qui résout le problème mathématique en premier est récompensé par un prix payé en pièces virtuelles. L’exploitation minière nécessite beaucoup de puissance de calcul, ce qui entraîne la consommation d’électricité.

La technologie de la blockchain Ethereum évolue et évolue vers une conception moins gourmande en calcul. Il existe également des technologies de blockchain émergentes telles que Cardano, qui a été conçue dès le départ pour avoir une faible empreinte carbone et a récemment lancé sa propre plate-forme NFT à croissance rapide appelée Cardano Kidz.

La vitesse de transformation de la technologie blockchain en une variante plus récente et plus respectueuse de l’environnement pourrait bien décider de l’avenir du marché NFT à court terme. Certains artistes qui sont profondément attachés aux tendances du réchauffement climatique s’opposent aux NFT en raison de impact écologique.

La crypto-économie à venir

Que l’engouement actuel pour les NFT puisse ou non maintenir son élan, les NFT ont déjà accéléré une tendance plus large d’innovation économique numérique. Les NFT ont confirmé que le public se sent de plus en plus favorable à une crypto-économie et est embrasser les risques à court terme en échange de la création de nouvelles opportunités commerciales.

[[Plus de 100 000 lecteurs comptent sur la newsletter de The Conversation pour comprendre le monde. Inscrivez-vous aujourd’hui.]

Les NFT ont déjà fait des percées significatives dans les industries du luxe et du jeu, et ont beaucoup de place pour se développer au-delà de ces applications initiales. Le secteur de l’art continuera d’être un segment important du marché global de la NFT et atteindra probablement progressivement sa maturité au cours des deux prochaines années, bien qu’il soit susceptible d’être dépassé par d’autres applications de certificats numériques comme les marques et les brevets, la formation et perfectionnement certificats.

Quand Neville Chamberlain a tenté de «  non-plateforme  », le Yorkshire Post -Ecologie, science


Rares sont les universitaires qui professent l’ignorance du «sans plate-forme». Cette expression de fanatisme idéologique cherche à restreindre le débat aux orthodoxies avec lesquelles ses partisans sympathisent. Il restreint la liberté d’expression sur laquelle, depuis les Lumières, les démocrates se sont appuyés pour tester les idées et remettre en question les hypothèses.

C’est une nouvelle façon de décrire le vieux péché de censure qui, au Royaume-Uni, a été plus souvent déployé dans l’intérêt de la réaction que dans celui du progrès. Neville Chamberlain, Premier ministre conservateur britannique entre mai 1937 et mai 1940, l’a déployée systématiquement – et parfois par malveillance – dans ses efforts pour apaiser Hitler.

Dès le moment où Chamberlain est entré dans Downing Street, il a travaillé pour que la presse soutienne sa politique d’apaisement des dictateurs. Dans son livre Twilight of Truth: Chamberlain, Apeasement and Manipulation of the Press, Richard Cockett décrit comment cet apaisant idéologiquement engagé a freiné l’hostilité des journaux britanniques envers l’Allemagne nazie et a converti la plupart d’entre eux à sa cause.

Chamberlain a apprivoisé les journalistes du lobby parlementaire par l’intermédiaire de son attaché de presse dévoué, George Steward. Sir Joseph Ball, le président de la Département de recherche conservateur entre 1930 et 1939, a contribué à inciter les journaux à soutenir et à promouvoir l’approche du Premier ministre.



À lire aussi:
Comment le conseiller de Neville Chamberlain a porté la rotation pour le PM à des niveaux nouveaux et dangereux


Chamberlain lui-même a entretenu des amitiés étroites avec Geoffrey Dawson, rédacteur en chef du Times extrêmement influent, ainsi qu’avec les propriétaires du Sunday Times, du Daily Sketch et de l’Observer. Steward and Ball a aidé avec le marché de masse Daily Mail, Daily Express, News Chronicle et Daily Express.

Pression conservatrice

À la fureur de Chamberlain, il y avait un grand journal conservateur qui a fermement refusé de suivre la ligne: le Yorkshire Post. Cette fière feuille de route régionale ne correspondait pas simplement à l’intérêt des conservateurs. Il a été publié par le Société de journaux conservateurs du Yorkshire et courir pour soutenir les besoins politiques et financiers des conservateurs du Yorkshire. Néanmoins, Arthur Mann, son rédacteur en chef entre 1919 et 1939, a joué avec génie le rôle d’un rédacteur de journal véritablement souverain.

Mann croyait fermement en théorie du quatrième état: son journal avait un rôle à jouer dans la société politique. Il doit servir de lien entre l’opinion publique et le gouvernement. Mann considérait qu’il était de son devoir de suivre les témoignages présentés par ses journalistes, correspondants et chroniqueurs.

Découpe de la première page du Yorkshire Post, annonçant la mort du roi George V le 21 janvier 1936.
Première page du Yorkshire Post annonçant la mort du roi George V en 1936. Le journal a contribué à précipiter l’abdication de son successeur, Édouard VIII.
John Frost Newspapers / Alamy Banque D’Images

Celles-ci comprenaient Charles Tower, le principal rédacteur en chef du journal – auparavant correspondant en Allemagne. À Vienne, ils avaient LR Murray, qui avait rencontré des témoins oculaires de la belligérance intolérante d’Hitler. John Dundas, un récent diplômé du Christ Church College d’Oxford, qui venait de terminer ses études à Heidelberg, a écrit sur la politique étrangère.

Son équipe a donné un aperçu de Mann. L’indépendance d’esprit et la foi dans le devoir démocratique du journalisme l’ont obligé à présenter des arguments qui ont exaspéré ses propriétaires et de nombreux lecteurs.

Les journaux plus riches avec un plus grand lectorat ont plié le genou devant Chamberlain et dépeint l’apaisement comme la seule option réaliste. Ils ont dépeint le Premier ministre comme l’homme d’État qui allait le faire fonctionner. Mann a hésité avec assurance.

Le premier ministre et Rupert Beckett, alors président de la Yorkshire Conservative Newspaper Association, a encouragé Mann à garder ses opinions en dehors de son journal et à soutenir le gouvernement. Au lieu de cela, lorsque les deux hommes se sont rencontrés brièvement le matin du 21 mars 1938, le rédacteur a encouragé le Premier ministre à être robuste dans ses relations avec Hitler. La réponse de Chamberlain a été extrêmement grossière. Il a décliné les conseils de Mann et est sorti de la salle en déclarant: «J’ai bien peur d’avoir un rendez-vous à 11 h 15 et il est maintenant 11 h 14».

Six mois avant le nadir de l’apaisement au Conférence de Munich, un éditorial du Yorkshire Post a accusé les ministres britanniques d’entretenir des illusions sur l’Allemagne nazie.

Photo des archives allemandes Feberal montrant le premier ministre britannique de l'époque Neville Chamberlain avec le leader allemand Adolph Hitler, Munich 1938.
Neville Chamberlain voulait à tout prix éviter la guerre. Adolf Hitler se sentait différemment.
Archives fédérales allemandes

Notant que «certains des pires appâts juifs d’Allemagne arrivaient même alors en Autriche», Mann a déployé la colonne du leader du Yorkshire Post pour exprimer sa crainte que le cabinet britannique contienne des hommes «d’un tempérament inaptes à saisir les réalités du problème international. et encore moins qualifié pour y faire face ».

Rester ferme

Alors que les demandes allemandes s’intensifiaient en juillet 1938 et qu’Hitler se réservait le droit de traiter la Tchécoslovaquie «comme une épine dans le flanc de l’Allemagne que le Reich, par conséquent, a le droit, en légitime défense, d’arracher et de détruire», le Yorkshire Post a insisté sur le fait que l’apaisement était futile. Suite à la trahison anglo-française de la Tchécoslovaquie à Munich en septembre, le Yorkshire Post a décrit l’apaisement comme «indiscernable d’une reddition à des menaces». Ses architectes ont eu un «tragique manque de conviction».

Maintenant sous la pression intense de ses propriétaires et accusé de mettre la nation en danger et d’induire le public en erreur, Mann a insisté. Un éditorial intitulé: «Encouragement of Aggression» paraît dans le Yorkshire Post le 8 décembre 1938. Cela condamne la politique étrangère de Chamberlain: en se rendant à la force, le Premier ministre a «encouragé à plusieurs reprises l’agression».

Un Premier ministre «par nature inapte à traiter avec les dictateurs» avait ignoré les conseils d’experts qualifiés pour le conseiller. Sa politique «menaçait la sécurité du royaume». Il était «susceptible de le menacer dans un proche avenir d’un danger encore plus grand».

Les journaux flattent rarement leurs rivaux, mais le libéral Manchester Guardian, qui était d’accord avec Mann dans sa position sur l’apaisement, a capturé le courage et la sagesse du Mann’s Yorkshire Post. Il décrivait «la justesse du jugement, la ténacité des objectifs, la loyauté aux principes» et le courage d’être impopulaire «et même d’offenser le Parti si le Parti n’avait pas raison». Des éloges, mais pas moins que Mann ne le méritait.

C’était un éditeur héroïque et un phare d’excellence en journalisme. Alors que les débats sur la liberté d’expression animent les universités britanniques, nous devons célébrer la valeur des opinions dissidentes et le courage de ceux qui refusent d’être réduits au silence.

Des robots microscopiques délivrent des médicaments au cerveau -Ecologie, science


Mrobots de nage microscopiques qui pourraient naviguer à travers le corps pour effectuer des tâches médicales telles que la livraison de cancer thérapies ou chirurgies sont actuellement en développement. Dans une étude publiée le 24 mars dans Robotique scientifique, les scientifiques ont fabriqué des microrobots contrôlés magnétiquement à base de neutrophiles, un type de globule blanc. Chez la souris, ces soi-disant neutrobots ont pénétré la barrière hémato-encéphalique (BHE) pour administrer des médicaments aux cellules cancéreuses du cerveau.

«C’est une très bonne idée», déclare Liangfang Zhang, nano-ingénieur et bio-ingénieur à l’Université de Californie à San Diego, qui n’a pas participé à l’étude. «Je dirais que cet article est encore une première étude de preuve de concept, mais je pense que le concept global est nouveau. C’est intéressant parce qu’il s’agit d’une nouvelle façon d’envoyer des marchandises vers le cerveau. »

Un obstacle majeur dans le traitement des maladies neurologiques est de faire passer les médicaments au-delà de la BHE, une limite hautement sélective qui empêche la plupart des substances d’être admises dans le cerveau. Mais certains globules blancs bénéficient d’un accès spécial pour faire face aux infections et à l’inflammation, ce qui en fait de bons chevaux de Troie pour faire passer les médicaments au-delà de ce blocus. Dans des études précédentes, des chercheurs ont chargé des médicaments contre le cancer du cerveau dans neutrophiles et macrophages, qui ont une capacité naturelle à détecter le cancer parce qu’ils nagent vers des concentrations plus élevées de produits chimiques inflammatoires libérés par les tissus malades.

Voir «Les cellules immunitaires délivrent des médicaments anticancéreux au cerveau»

Mais les itérations antérieures de cellules immunitaires transportant des médicaments n’ont pas réussi à traiter complètement les tumeurs cérébrales de souris, probablement en partie à cause d’une lente migration vers le site de la maladie. Pour améliorer la vitesse et le contrôle, les chercheurs ont doté des microrobots basés sur sperme, les bactéries, ou des globules rouges avec un matériau magnétique pour les guider de l’extérieur avec des champs magnétiques, explique Zhiguang Wu, bio-ingénieur à l’Institut de technologie de Harbin en Chine et co-auteur de la nouvelle étude.

Voir «Les bactéries, microrobots vivants pour lutter contre le cancer»

Pour traiter le gliome, un type de cancer du cerveau, chez la souris, Wu et ses collègues ont conçu des microrobots à base de neutrophiles – des neutrobots – qui pourraient être contrôlés par un champ magnétique. Tout d’abord, l’équipe a fabriqué des nanoparticules à partir d’un gel incorporé avec des billes d’oxyde de fer magnétiques et du paclitaxel, un médicament anticancéreux largement utilisé. Ensuite, les nanoparticules ont été enrobées dans E. coli membrane bactérienne. Déguisées en bactéries nocives, les nanoparticules ont été englouties par les neutrophiles de souris in vitro beaucoup plus facilement que les nanoparticules nues. La cape bactérienne a également empêché la fuite prématurée de médicaments et rendu les particules moins toxiques pour les neutrophiles, ont découvert les chercheurs.

Une image de microscopie électronique à transmission d’un seul neutrobot. La flèche jaune indique un groupe de nanoparticules contenant de l’oxyde de fer et du paclitaxel, chacune entourée d’un E. coli membrane. La barre d’échelle est de 2 μm.

L’équipe a testé les capacités de navigation et d’administration de médicaments des neutrobots in vitro. Sous le contrôle d’un champ magnétique rotatif, les neutrobots ont atteint une vitesse de 16,4 µm par seconde, environ 50 fois plus rapide que la vitesse des neutrophiles naturels. En surveillant les neutrobots via un microscope, les chercheurs pourraient les diriger vers des déplacements dans des orientations complexes sur un substrat artificiel.

Pour évaluer la capacité de recherche d’inflammation des neutrobots, les chercheurs les ont placés dans un gel avec un gradient de concentration d’un facteur inflammatoire. Les neutrobots ont migré vers des concentrations plus élevées du produit chimique à une vitesse comparable à celle des neutrophiles naturels. Et dans un modèle BBB, les neutrobots ont pénétré dans les cellules de souris cultivées sur une membrane pour accéder aux cellules de gliome et ont libéré leur charge utile de médicament lors de l’exposition aux signaux d’inflammation.

Enfin, les chercheurs ont testé si les robots pouvaient traiter le cancer du cerveau chez la souris. Premièrement, ils ont injecté des cellules de gliome dans le cerveau de souris. Après 10 jours, ils ont pratiqué une intervention chirurgicale sur certaines des souris pour enlever une partie de la tumeur afin de stimuler les signaux inflammatoires attirant les neutrophiles. Les chercheurs ont injecté des neutrobots dans la queue de toutes les souris, et dans un sous-ensemble de souris, ils ont utilisé un champ magnétique rotatif pour diriger les neutrobots vers le cerveau. En utilisant l’imagerie par résonance magnétique (IRM), l’équipe a découvert que plus de neutrobots s’accumulaient autour des gliomes chez les souris traitées à la fois par chirurgie et par champ magnétique par rapport aux souris qui n’étaient pas exposées au champ magnétique, n’avaient pas subi de chirurgie ou n’avaient reçu ni l’un ni l’autre. Les souris doublement traitées ont également survécu plus longtemps – preuve que les deux interventions se complétaient. La microscopie électronique à transmission a confirmé que les neutrobots ont pénétré dans le BBB et pénétré dans le tissu du gliome.

Toutes les souris traitées aux neutrobots ont survécu plus longtemps par rapport aux animaux traités avec une injection de solution saline ou de paclitaxel uniquement, ce qui indique que les neutrobots pouvaient encore administrer des médicaments à travers la BHE en réponse à un signal inflammatoire faible ou à un signal inflammatoire fort sans propulsion magnétique.

Selon Zhang, les composantes individuelles de l’étude – l’utilisation de cellules immunitaires en tant que porteurs de médicaments, contrôlé magnétiquement les nanoparticules et les membranes bactériennes comme capes ne sont pas nouvelles. «Mais ce qu’ils ont fait, c’est d’intégrer ces composants individuels communs ensemble et de les assembler dans un nouveau système», dit-il. « Ils [developed] une fonctionnalité tout à fait unique, c’est-à-dire le contrôle à longue portée des neutrophiles. »

Des robots anticancéreux à la clinique?

Mariana Medina-Sánchez, bio-ingénieur à l’Institut Leibniz pour la recherche sur l’état solide et les matériaux de Dresde en Allemagne qui n’a pas contribué à la recherche, dit que l’étude est précieuse car elle démontre un traitement efficace des tumeurs in vivo, un objectif de nombreux chercheurs dans le champ. « [The study] est complet, c’est systématique, et il existe des preuves solides que ce qu’ils ont développé fonctionne », dit-elle.

Si vous connaissez la quantité de médicament que vous chargez par microrobot, vous pouvez contrôler la dose de médicament en essaimant ces microrobots de manière contrôlée.

—Mariana Medina-Sánchez, Institut Leibniz pour la recherche sur l’état solide et les matériaux de Dresde

Mais avant que les microrobots puissent être utilisés pour traiter le cancer chez les humains, il existe encore un certain nombre de défis qui doivent être surmontés. L’une d’elles consiste à améliorer le pourcentage de microrobots qui atteignent la tumeur. «Ils avaient une accumulation de ces microrobots à base de neutrophiles d’environ onze pour cent dans le site de la maladie [in vivo]. Alors que se passe-t-il avec les autres? dit Medina-Sánchez. Les microrobots pourraient s’accumuler dans d’autres organes ou régions du corps, et les effets secondaires à long terme sont inconnus, dit-elle. «Mais cela se produit pour chaque type de microrobot, pas seulement pour ce travail en particulier. C’est un défi pour tout le monde de [overcome]. »

Une fois que les microrobots arrivent sur le site de la maladie, un autre obstacle consiste à s’assurer qu’ils délivrent suffisamment de médicament. «Vous devez augmenter la charge utile globale de médicaments à l’intérieur, et vous devez également contrôler la libération prématurée de médicaments», explique Zhang. «Il faut du temps aux neutrophiles pour arriver à destination. Vous ne voulez pas qu’ils déchargent toute la charge utile avant d’arriver à destination. »

Parce qu’un seul microrobot ne peut pas transporter suffisamment de médicaments pour traiter une maladie, les chercheurs tentent également de comprendre comment ils se déplacent en essaims, comme les mouvements collectifs de groupes de fourmis, de poissons ou d’oiseaux. «Si vous connaissez la quantité de médicament que vous chargez par microrobot, vous pouvez contrôler la dose de médicament en essaimant ces microrobots de manière contrôlée», explique Medina-Sánchez. «C’est donc l’un des défis: comment transporter plusieurs [microrobots] de manière contrôlée et les livrer à un emplacement cible. » Wu et ses collègues ont découvert que les neutrobots formaient des chaînes de quatre in vitro, et que ces essaims nageaient environ cinq fois plus vite que les robots individuels. Mais selon Medina-Sánchez, d’autres chercheurs de microrobots visent des essaims de centaines, de milliers, voire de millions. «Cela dépend de la cible et du lieu», dit-elle. «Il se peut que vous n’en ayez besoin que de quelques-uns ou des millions.»

On ne sait pas comment les neutrobots ont envahi les souris car les techniques d’imagerie actuelles ne sont pas assez bonnes pour suivre des chaînes individuelles ou de petites chaînes de microrobots en temps réel à une résolution suffisamment élevée in vivo – un autre défi pour la navigation précise de ces minuscules passeurs de drogue chez les humains.

H. Zhang et al., «Neutrobots biohybrides à double réactivité pour la délivrance de cibles actives», Robot Sci, doi: 10.1126 / scirobotics.aaz9519, 2021.

Comment s’assurer que le plan d’infrastructure de Biden peut résister au changement climatique – et économiser de l’argent -Ecologie, science


L’administration Biden propose un plan d’infrastructure massif pour remplacer les ponts, les routes et d’autres structures critiques du pays en ruine. Mais pour que ces investissements portent leurs fruits, les États-Unis auront besoin de conceptions capables de supporter le changement climatique.

La plupart des infrastructures américaines sont conçues pour durer des décennies, y compris ce que les ingénieurs s’attendent à être de rares tempêtes et inondations.

Cependant, les tempêtes extrêmes qui étaient considérées comme rares il y a quelques décennies sont déjà de plus en plus fréquentes. Ouragan Harvey en 2017, la région de Houston troisième «crue de 500 ans» en trois ans, suivi de deux autres inondations majeures.

Construire aujourd’hui une infrastructure suffisamment solide pour gérer les scénarios extrêmes que la nation pourrait voir dans un siècle peut coûter cher. Mais que se passerait-il si les infrastructures étaient plutôt conçues pour répondre aux besoins à plus court terme et être facilement adaptées ultérieurement au climat futur?

Je suis un ingénieur hydraulique et côtier qui a travaillé sur la conception d’infrastructures aux Pays-Bas, où les barrages et les barrières anti-tempêtes sont conçus pour être adaptables. Les méthodes là-bas ont des leçons pour les États-Unis alors qu’ils se préparent à une vague de nouvelles constructions.

Le problème de la construction pour des inondations de 100 ans

Les ponts aux États-Unis sont généralement conçus pour permettre le passage sans entrave des inondations qui ont un 1 chance sur 100 de se produire chaque année. De même, un déversoir de barrage pourrait être construit pour gérer une crue de 10 000 ans et des évacuations d’eaux pluviales pour les pluies de deux ans.

Ces «périodes de retour» sont traditionnellement calculées en utilisant une méthode basé sur des statistiques historiques qui supposent que le climat ne change pas beaucoup.

L'eau est libérée du barrage
Pendant les pluies extrêmes de l’ouragan Harvey, de l’eau a été libérée du réservoir Barker de Houston pour protéger son barrage et ses quartiers en amont. En conséquence, les quartiers en aval ont été inondés.
Gagnez McNamee / Getty Images

Dans un climat qui se réchauffe avec des précipitations plus extrêmes, une aggravation des sécheresses et une élévation du niveau de la mer, ces statistiques historiques peuvent sous-estimer l’intensité des inondations futures. Cela met en danger les infrastructures essentielles, les maisons et les vies.

Mise en œuvre de la conception adaptative

Les Néerlandais sont les maîtres de la lutte contre les inondations. Lorsque environ un tiers d’un pays se trouve sous le niveau de la mer, cela devient une nécessité. Les ingénieurs américains ont été se tournant vers eux pour obtenir des conseils ces dernières années alors que la compréhension du changement climatique et de son impact sur les tempêtes et l’élévation du niveau de la mer augmente.

Les designs innovants des Pays-Bas, comme les portes géantes du Défense contre les inondations Maeslant, sont remarqués, mais il est tout aussi important de savoir comment les Néerlandais utilisent des conceptions adaptatives pour se préparer à l’avenir et maîtriser les coûts.

Le Maeslantkering protège La Haye, Rotterdam et d’autres villes des marées hautes de la mer du Nord.

Pour voir la conception adaptative au travail, regardez le rénovation en cours de l’Afsluitdijk, un barrage de 20 miles de long qui protège le port d’Amsterdam des ondes de tempête sur la mer du Nord.

Lorsque le barrage a été achevé en 1932, il a drainé l’eau du fleuve vers la mer par gravité à marée basse. Cependant, l’élévation du niveau de la mer, combinée à la nécessité de maintenir le niveau de l’eau dans le port d’Amsterdam à un niveau bas pour protéger la ville, rend le drainage par gravité de moins en moins efficace.

Pour mettre à jour le barrage, les Néerlandais ont construit des stations de pompage pour drainer l’eau dans la mer du Nord. Surtout, la nouvelle conception réserve suffisamment de terres pour agrandir les stations de pompage existantes ou en construire de nouvelles lorsque les futures tempêtes et l’élévation du niveau de la mer le rendront nécessaire.

Vue aérienne du barrage
Les vannes au centre de l’image permettent à l’eau de passer à travers l’Afsluitdijk entre l’IJsselmeer et la mer du Nord. L’écluse à gauche des vannes élève et abaisse les bateaux.
Marcus van Leeuwen / Flickr, CC BY-SA

Leçons alors que les États-Unis planifient de nouvelles protections côtières

Plusieurs villes américaines, dont Houston, New York et Boston, envisagent maintenant des systèmes de défense contre les ouragans et la protection future qu’ils vraiment besoin pour éviter les inondations est inconnue à ce stade.

En utilisant une conception adaptative, ils pourraient inclure de l’espace pour étendre ces défenses à mesure que le climat change.

Cela pourrait signifier la construction de barrages en terre et de digues suffisamment larges pour permettre de les surélever si nécessaire, et de réserver des terres pour l’élargissement et le rehaussement des dunes côtières qui font partie du système et pour l’ajout d’infrastructures de pompage.

Surtout, les barrières mobiles contre les ondes de tempête, qui constituent généralement une courte section d’un système de barrières, n’offrent une protection que contre les ouragans sporadiques et non contre l’élévation à long terme du niveau de la mer. Les barrières mobiles devront éventuellement être remplacées par un barrage, une écluse d’expédition et des pompes de drainage – qui peuvent également être planifiées.

Carte du sud de Boston montrant le risque d'inondation
Cette carte de Boston montre les risques d’inondation futurs si aucune mesure de protection n’est prise.
Ville de Boston

En commençant par une conception adaptative, les États-Unis peuvent économiser des milliards de dollars par rapport à la construction de nouveaux systèmes des décennies plus tard. Les récentes rénovations du barrage de Folsom en Californie, construit en 1955, illustrent ce coût. UNE nouveau déversoir achevé en 2018 a coûté 900 millions de dollars – avec l’inflation, c’est à peu près le coût initial de l’ensemble du barrage.

S’adapter aux inondations du Mississippi

Lorsque les ingénieurs néerlandais planifient de nouvelles digues, des barrières contre les ondes de tempête et des écluses fluviales, ils considèrent ce qu’on appelle les scénarios Delta – quatre futurs possibles pour le risque d’inondation et l’élévation du niveau de la mer, allant d’un réchauffement climatique modéré à extrême. Ces scénarios créent un cadre pour la conception adaptative.

Photo regardant à travers une écluse le long de la rivière.
Un exemple d’écluse de rivière.
Arterra / Universal Images Group via Getty Images

Par exemple, un complexe d’écluses sur la Meuse, utilisé pour lever et abaisser les navires et les barges lorsqu’ils se déplacent vers l’amont ou vers l’aval, doit être remplacé ou réhabilité. Un nouveau complexe d’écluses doit avoir suffisamment de vannes, qui peuvent être fermées ou ouvertes pour laisser passer les hautes eaux après les tempêtes, afin que l’eau n’inonde pas les fermes et les villes environnantes. Le déversoir d’accompagnement – le barrage bas qui élève le niveau de la rivière – doit être suffisamment haut pour retenir suffisamment d’eau pour les opérations des navires en période de sécheresse.

La construction d’un barrage haut avec de nombreuses vannes et l’élévation des digues des berges pour correspondre, permettrait au complexe d’écluses de gérer les scénarios climatiques futurs, mais cela coûterait cher. Avec une conception adaptative, le complexe peut à la place être construit pour être facilement modifié plus tard pour répondre aux besoins climatiques changeants. Cela comprend la réservation d’espace pour des vannes supplémentaires et la conception de vannes qui peuvent être rendues plus hautes en soudant des composants supplémentaires au besoin.

[[Obtenez des informations sur le coronavirus et les dernières recherches. Inscrivez-vous à la newsletter de The Conversation.]

Sur le fleuve Mississippi et ses affluents, bon nombre des anciens complexes d’écluses qui soulèvent et abaissent les barges transportant des produits agricoles et des matériaux industriels sont maintenant en cours de remplacement. L’utilisation de techniques de conception adaptative similaires serait un moyen rentable de faire face à un avenir incertain.

Gagnants NSF GRFP | Recherche | L’école doctorale -Ecologie, science


William Fredrick Roser, doctorant en génie civil

William RoserWilliam est un étudiant au doctorat dans le programme de génie civil et environnemental travaillant sous la direction du professeur Keri Ryan pour étudier les interactions entre les systèmes de construction structurels et non structurels. Ses recherches aideront à prévenir les dommages sismiques aux fenêtres et aux murs, ce qui aidera les communautés à se rétablir plus rapidement après les tremblements de terre.

Son conseil aux futurs candidats au GRFP: « Si vous postulez pour le NSF GRFP, ne soyez pas timide lorsque vous vous vendez. Je n’avais pas été fortement impliqué dans l’ingénierie structurelle ou la recherche en tant que premier cycle, mais j’ai pu convaincre les critiques que mes expériences en programmation, en apprentissage des langues et en enseignement m’aideraient à devenir un meilleur chercheur. Mettez en évidence ce qui vous rend unique – vous en serez récompensé! « 

Les écologistes ont découvert que marais et les zones humides filtrent toxines et autres impuretés de l’eau. Les communautés peuvent tourner à son avantage de ce service écologique. En voyant intacts quelques-uns de ces écosystèmes filtrants, peut atténuer la charge qui pèse sur intervalle d’épuration des eaux qui ont été construites pour assurer le même service. En utilisant des systèmes de filtrage naturels, nous pouvons posséder la possibilité de construire réduction des nouvelles arrêt d’épuration.